Jour 6 : En route vers Toulouse via Montréal

On a quitté Saint-Montan pour aller vers Toulouse par les petites routes. C’est très beau, car les arbres sont alignés. On les appelle des platanes. Et quand les Français ont un accident sur ces routes, ils disent : « se faire un platane ». Les tournesols dans les champs, c’est presque fini. Et il y a de grands jets d’eau qui arrosent les champs et les routes en même temps.

On s’est arrêté à Avignon, pour voir le pont. J’ai été déçue, car il est cassé à un endroit et ils ne l’ont pas réparé.

On a ensuite été dans Avignon, au Palais des Papes. Avant qu’ils habitent en Italie, ils vivaient ici… Papa m’a dit qu’ils ont toujours été riches.

Il y a un mois, c’était le festival de théâtre d’Avignon. Il y avait des scènes partout (théâtre, rue, papes, terrasses). Et quand on mange en terrasse, des comédiens déguisés viennent faire la publicité de leur pièce pour le soir. C’est Papa qui me disait ça, et aussi que c’était très fatiguant pour les comédiens. Enfant, il a joué la pièce Le Petit Prince, ici. Mais ses cheveux étaient noirs. Il a fallu changer des mots du texte.

Ensuite, on s’est arrêté à Carcassonne. C’est genre une ville à l’intérieur d’un château. C’est plus beau de l’extérieur que de l’intérieur. On s’est promené un peu et on a visité les murs et les boutiques de souvenirs.

Château de Carcassonne

Château de Carcassonne

Carcassonne

Carcassonne

Ensuite, nous avons été à Montréal! C’est un tout petit village. Papa m’a montré la maison où habitait Philipe Noiret, car il avait fait des entrevues de radio avec lui, pour Montréal, mais chez nous. Philippe Noiret avait fait la voix du dessin animé qu’on a à la maison : L’Homme qui plantait des arbres.

À Montréal

À Montréal

Et avant d’arriver à Toulouse, on s’est arrêté à Mirepoix, un tout petit village tout carré. C’est la place qui est très jolie. De vieilles maisons et des murs en arcades en dessous. Il y a de jolies boutiques et des restaurants.

Tous les ans, il y a ici un festival de marionnettes.

Pour faire dodo, j’avais à choisir entre dormir dans une péniche-hôtel (c’était plein), dans un hôtel de charme, l’Hôtel des Beaux-Arts, ou chez un ami docteur… mais qui fait un autre métier. J’ai choisi l’ami docteur de Papa.

Il a un grand appartement au-dessus de la meilleure pâtisserie de Toulouse, Conte.
On a mis la voiture au stationnement de l’église Saint-Étienne. C’est juste à côté.
Demain, on va visiter la ville. C’est tout en brique rose. C’est beau avec le soleil!

Taïna Kiefer

***

Le voyage en voiture sur les routes secondaires est un peu plus long, mais on évite ainsi les énervés des vacances estivales, les postes de péages (quoique les autoroutes sont en parfait état avec des aires de repos avec ou sans essence et restos tous les 10 minutes) et les radars qui sont indiqués sur le GPS (mobiles ou fixes). Sur les petites routes, les radars mobiles apparaissent sur le Garmin, ce qui est amusant quand on se balade tranquillement et que Taïna dort les cheveux au vent.

On est passé par la Nationale 7, ancienne route qui partait de Paris vers la Côte d’Azur, immortalisée par Charles Trenet, avant les autoroutes.

Avignon était vide ce matin… Sauf le Pont d’Avignon.

Oubliez la voiture à Avignon. Le centre est à 90 % piétonnier. Stationnez-vous à l’une des portes de la cité, pour des gîtes à quelques kilomètres d’Avignon.

À Carcassonne, par contre, c’était la grande foule. Un peu comme les Gorges de l’Ardèche, hier. De l’asiatique vidéaste au Teuton en grande forme en passant par les familles nombreuses locales et les Américains ébahis, la foule roule. C’est comme aller à un concert de U2, mais sans la musique. Des boutiques de bébelles médiévales made in Asia, India et Korea, à des prix très occidentaux. Un conseil en été : arrivez à 8 h le matin ou à 17 h le soir… Et essayez de trouver un stationnement extra-muros. Le intra est piétonnier.

Pour se rassurer, nous sommes allés faire un tour du côté de la Maison sur la Colline, des chambres d’hôtes, à 1,5 km de la Cité, dans les vignes, avec piscine. Loin du brouhaha. Accueil avec l’accent et petit-déjeuner épique.

Nous sommes passés par Montréal, pour sourire, et par Mirepoix, pour la vie sur la place centrale et sous les arcades.
Un hôtel où je suis allé plusieurs fois, sur cette même place : la Maison des Consuls. Chambres pas très grandes, mais l’emplacement est super.

Et Toulouse s’est pointé…

Lio Kiefer

DERRIÈRE LE BLOGUE, UNE CAUSE.

Depuis plus d’une quinzaine d’années, Lio Kiefer a découvert Kéroul comme on découvre une destination. Kéroul est, au Québec, l’organisme qui s’occupe depuis plus de 25 ans de l’accessibilité en matière de tourisme et de culture pour les personnes à capacité physique restreinte. Sous la férule de son fondateur et PDG, André Leclerc, Kéroul a réussi à mettre sur pied des programmes comme la Route accessible du Québec, différentes ententes avec la SEPAQ (camping adapté), avec La Régie du Bâtiment, les institutions hôtelières et les institutions culturelles du Québec. De plus, Kéroul est devenu, sur l’échelle internationale, consultant en tourisme adapté pour des pays comme le Pérou, la Thaïlande, la France et la Tunisie.
Chaque jour de ce blogue, il y aura un indice, l’indice Kéroul, là où Taïna et Lio relèveront ou non les possibilités en matière d’accessibilité.

KÉROUL : www.keroul.qc.ca/